Le concept déclic

Imprimer
Écrit par EricTenier
Jeudi, 13 Novembre 2008 22:50
L’élaboration d’un spectacleGénéralités declic_discuteL’essentiel du travail porte sur les relations Danse, Textes et Musique.
L’outil de base est la concentration sur ce qui se passe entre le corps et la signification de la parole, des mots, des sons.
Le registre va d’une relation habituelle, socialement reconnaissable à des situations des plus absurdes (apparemment).
Les séances de travailCréer des situations expérimentales pour un jeu toujours plus vivant de l’acteur.
Analyser le mouvement en termes de lois physiques simples.
Entraîner la concentration à la perception de son corps dans toutes sortes de situations,
de la méditation à l’action, en gérant dans le même temps les informations venues de l'environnement.
Ajouter le texte, le triturer, en  détourner - retourner, jouer avec les mots, les syllabes, les sons, une priorité constante est donnée à la composante physique.
Décalages, recalages, entre la signification et l’expression physique. 
La structureÀ établir à partir de la cohorte d’improvisations fructueuses issues du travail précédent.
Il y a "le bâtiment" : la trame du spectacle.
Il y a  "les pièces" : des séquences qui ont une spécificité chacune.
Ex : "le sous-marin", "Absorber", "les Anges", "l'haltérophile" etc...
Le sens de la visite de ce bâtiment fictif est toujours le même,
mais la qualité d'interprétation peut varier selon l’état, l’inspiration...
Ex : "Les sous-marins" :
Cela peut être dramatiquement désabusé, typiquement joyeux, uniformément formel...
selon l'apparition ou non du DÉCLIC…
Le concept DéclicLa structure étant établie, priorité est donnée au DÉCLIC
LE DÉCLIC est la sensation du "juste instant" où, à l'instar d'Alice au pays des merveilles, on change de dimension. On arrive dans un espace (?) où il suffit de suivre et non de "se diriger".
L'histoire suit son court et nous demande d'avoir la présence d'esprit de la suivre.
S'en suivent des réajustements plus ou moins faciles, mais assez jouissifs entre la fontaine aux idées, le "sur-moi"? (surpoids?),  les autres : leurs déclics, leurs tempéraments, leurs vêtements, nos délires  nos choix, puis on passe à la pièce suivante.

S’ils viennent tous les soirs (…) les spectateurs ne verront jamais le même spectacle, selon la forme des acteurs, la qualité des spectateurs, la coiffure de l'ouvreuse ...
Chaque pièce a pour titre DÉCLIC suivi de l’année et du mois de présentation :
En juin 2006, cela donne : « DÉCLIC 06.6. »
Mis à jour ( Mardi, 26 Mars 2019 15:30 )